Comment adopter la pensée positive ?

La gratitude …

La pensée positive n’est pas réservée aux gens insouciants : elle n’est pas un signe d’ignorance ou d’occultation de la vérité, mais simplement un choix que l’on fait pour mieux vivre. Elle est gratuite, infiniment disponible et accessible à tous à condition de s’en donner les moyens.

Quand on connaît l’impact de nos pensées sur notre santé, cela vaut la peine de faire ce qu’il faut mais se forcer à penser positif sur tout ce qui nous arrive semble  difficile, notre cerveau est formaté et habitué à avoir des pensées négatives en permanence. Rejeter les pensées négatives n’est pas la solution car ceux sont des émotions qui sont là pour te dire quelque chose.

Dans cet article je voudrais partager avec vous quelques  clés et outils pour y arriver.

Comprendre et chasser les pensées négatives (les ruminations)

Les pensées négatives sont quotidiennes, elles ont l’air anodines et pourtant elles nous lancinent, provoquent des ruminations agressives et sans fin qui nous rongent le cerveau.

1. Chaque pensée négative a un but (toxique ou protecteur )

Une pensée négative t’alarme sur les dangers à venir, ou sur les choses à ne pas reproduire. Elle est dans ce cas protectrice. Comme la peur, elle est une alliée pour t’indiquer que quelque chose ne va pas et que tu as le pouvoir de changer les choses.

Une pensée négative survient quand tu manques de confiance en toi, et là elle est toxique : elle vient de ton inconscient, qui cherche à te punir, à te rappeler comme tu te détestes d’avoir fait tout ça.

Dans les deux cas, c’est un signal qu’il ne faut ni ignorer ni laisser entrer sans analyse !

Une pensée n’est ni toute noire ni tout blanche: elle peut être grise et bienveillante car elle te donne un signal, un axe d’amélioration pour la rendre plus blanche.

2. La pensée négative est une déformation de la réalité

Une pensée négative est une fiction car tu n’as en tête que l’émotion négative que tu as ressenti.

Qui te dit que c’était si grave pour les gens autour de toi ? De plus, on t’a déjà rappelé qu’il n’y avait pas à tant te tracasser à ce sujet. Rappelle-toi que tout ceci n’est qu’une histoire, ta version, qui a pris des milliers de possibilités scénaristiques parce que tu cherches à te torturer, alors que tu es une belle personne qui mérite la paix intérieure.

Au final, ce qui t’affecte vraiment ce ne sont pas les événements, mais ce que tu en penses.

Un fait survient, quand on le regarde de façon objective, il est plus ou moins grave, mais une fois que tu appliques le filtre de ton affect, il prend des proportions inimaginables.

3. Il est temps de les remettre en question !

Quand une pensée négative arrive : Remet en question cette pensée. Va à la source.

Pourquoi penses-tu ça ? Qu’est-ce qui (ou qui) t’a fait perdre toute cette confiance ?

Est-ce fondamentalement vrai que tu n’y arriveras pas ?

Si tu es sûr que c’est vrai, sur quoi peux-tu t’appuyer pour l’affirmer ?

Est-ce que cette pensée négative va t’aider à réagir ?

Si oui, mets-toi au travail, si non, elle te raconte des histoires qui te font perdre ton temps.

Si tu n’y pensais pas, crois-tu que ton comportement changerait ?

Ces questions vont te démontrer si oui ou non, cette pensée négative est utile, si elle va t’aider à agir.

Penser positif, ce n’est pas occulter les pensées négatives: c’est faire le tri dans son esprit et réussir à transformer les ruminations en quelque chose de constructif et prometteur.

4. Reformule l’objectif de tes pensées, pour les transformer naturellement en quelque chose de positif

Tu as détecté  les croyances limitantes et les croyances aidantes, en faisant ce tri, les pensées négatives qui t’aident à agir ou à persévérer ne sont pas à occulter : transforme-les ! “je n’arriverais pas car il faut avoir un piston” doit alors devenir: “Souvent c’est par piston qu’on arrive dans ce domaine mais avec du travail et de la patience on peut y arriver aussi”.

5. Écoute ce que tes émotions veulent te dire


L’intelligence émotionnelle, c’est la capacité à savoir écouter ses émotions et écouter celles de l’autre.

La pensée positive: l’atteindre et s’exercer

La pensée positive est un outil quotidien, au niveau personnel, comme professionnel.Elle te libère, t’incite à l’action, sans t’empêcher d’être prudent.

Les bénéfices sont nombreux :

  • elle te fait devenir bienveillant (à l’écoute de tes émotions et de celles des autres)
  • te donne un sentiment d’apaisement
  • t’évite les burn-out inutiles dont personne ne comprend vraiment la source
  • elle te garde en bonne santé, ce n’est plus à prouver
  • elle rend ta perception des événements plus justes
  • elle te permet d’avoir des relations plus saines et authentiques

Voici ce que j’ai testé et qui fonctionne :

3 kiffs par jour :

Oui ça peut te paraître très enfantin, mais ça ne te fera jamais de mal. Trouve toi un mini agenda, ou simplement un petit cahier dans lequel chaque jour, tu écris ce qu’il t’arrive de bien, ce que tu as apprécié  de ta journée.

“le café était tellement agréable ce matin, “j’ai repensé à mon meilleur souvenir d’enfance”, “j’ai pu aider un collègue ce matin et il m’a invité à déjeuner”.

Et si tu ne les vois pas ces trois kiffs, il va falloir que tu les provoques en prenant des petits breaks: apprécie un bon plat, offre quelque chose à quelqu’un que tu aimes et note tout ! Quand tu te sentiras mal, tu reliras ces phrases et tu revivras chaque micro moments positifs.

Pour ceux qui adorent les tableaux ou trier leurs idées, voici un tableau d’autodiagnostic et un exemple :


4. La gratitude

La gratitude ce n’est pas que savoir dire merci et s’émerveiller de ce qu’on vit, c’est un package de trois grande phases indissociables pour la vivre :

La phase cognitive : c’est à dire reconnaître un don gratuit.

La phase affective : être touché émotionnellement par ce don.

La phase active : poser un acte en retour.

Ces trois phases représentent un processus complet, base d’un relation saine : donner, recevoir, en tirer le meilleur d’un côté comme de l’autre.

La gratitude au quotidien, c’est aussi jouer sur la pleine conscience : vivre pleinement chaque instant en absorbant les stimulis sensoriels ; chaque sens doit immortaliser les choses qui vous émerveillent pour ensuite vous rappeler à quel point la vie vous va bien.

Au final, la gratitude est le meilleur outil de la pensée positive. La gratitude nous aide  à diriger notre attention vers les choses heureuses de notre vie  et nous incite à développer des émotions positives en nous concentrant sur nos chances.

Ajouter un commentaire